Tour De Magie Simple

Cela provient de ce que dans l'œuf dur toute la masse est solide et suit la coquille à laquelle elle adhère tandis que dans l'œuf frais le magicien n'a jamais donné de mouvement. La coquille sans entraîner la masse. Dans l'œuf de quinze jours, les substances intérieures sont déjà plus fermes et ont suivi plus facilement le mouvement extérieur.

Le magicien prend deux œufs frais. Avec une pointe d'aiguille il va faire faire un trou à chaque bout et en aspirant fortement, gober l'intérieur, il ne restera que les coquilles.
Le magicien laissera de côté les coquilles une journée pour que le peu de blanc resté à l'intérieur sèche complètement. Les coquilles étant bien séchées intérieurement, le magicien prépare le premier œuf. Il prends à la cuisine du sablon fin qui sert au nettoyage, il nous paraît bien fin, il ne l'est pas encore assez. Avec la pointe d'une aiguille, il vas percer de petits trous une feuille de papier un peu résistante, et au travers de ces trous le magicien va tamiser le sable. Il ne reste plus qu'à le mettre dans la coquille. Fermer un des bouts avec un peu de cire blanche ramollie entre les doigts.

Sa couleur se confond avec celle de l'œuf, puis nous verserons, par le trou qui n'est pas encore bouché, le sable dans la coquille jusqu'à hauteur du cinquième environ, comme dans la coupe de la figure.
Nous fermerons également à la cire blanche cette deuxième ouverture. Voilà un œuf qui se tiendra immobile dans toutes les positions que vous voudrez lui donner, sur l'un des bouts, sur le côté, placé en pente sur le bord d'un verre, ou sur un rond de serviette.

Comment cela peut-il se faire ? La raison en est bien simple. Le sable fin forme poids dans l'œuf, il roule et se fixe au point placé sous votre main quand vous le tenez immobile. Si vous placez votre œuf sur le bord d'un verre, par exemple, tout le poids est dans le sable intérieur qui s'installe tout seul bien d'aplomb au point fixé. La coquille très légère n'influe pas sur l'équilibre pris par le sable et on peut donner à l'œuf des positions extraordinaires.

Prenons maintenant l’autre coquille. Après avoir écrasé la cire à cacheter, on prendra l'œuf et on bouchera une des ouvertures avec un petit morceau de liège ou mieux un peu de papier mâché. Par l'autre orifice, on introduira à l'intérieur du plomb et la cire, comme l'indique la coupe de la figure.

main.jpg

Tassons bien tout le mélange du coté du petit bouchon que nous aurons mis au plus petit bout de l'œuf. Puis, dans de l'eau presque bouillante, tenons l'œuf bien perpendiculairement une minute ou deux, en ne plongeant que la pointe où se trouve le mélange.
Sous l'influence de la chaleur, la cire à cacheter va fondre et s'amalgamer avec le plomb en adhérant à la coquille.
Lorsque le mélange est fondu, retirons l'œuf en le tenant toujours bien perpendiculairement. Nous le déposerons sur un coquetier dans cette position, pour le laisser refroidir.
Enlevons ensuite avec une pointe d'aiguille le petit bouchon de liège et fermons les deux trous avec de la cire blanche : voici un autre œuf qui se tiendra invariablement tout droit sur le petit bout, sans qu'on puisse le pencher et le faire tenir sur le gros bout.
Si l'on sert des œufs à la coque à déjeuner, glissez vos œufs au milieu des autres avant le service, et prenez-les à table, vous aurez un certain' succès.
On peut au besoin garder ces œufs pour un petit matériel d'expériences qu'il est facile de se constituer petit à petit et aura sur ceux du commerce l'avantage d'être personnel.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License