Magicien et oeuf

Christophe Colomb, pour faire tenir un œuf sur le petit bout, se contentait de le frapper vivement sur la table et d'en écraser la pointe. On peut sans grande peine avoir des œufs qui se tiendront en équilibre dans n'importe quelle position.
Le magicien prend donc un œuf frais, car il va le gober sans casser la coquille.

A quoi reconnaîtrez-vous un œuf frais du joie, d'un œuf dur d'abord et ensuite d'un œuf cru, mais qui est en réserve depuis quelque jours. Prenez au poulailler un œuf frais pondu, à la réserve, un œuf qui a déjà une quinzaine de jours; à la cuisine, un œuf dur.

Le magicien fait tourner ce dernier sur la table, sur le côté plat, pas sur les pointes, il tournera avec la vitesse d'une toupie. L'œuf de quinze jours tournera lentement pendant cinq à six secondes au plus. L'œuf frais fera à grand-peine et plus lentement encore deux ou trois tours, une ou deux secondes à peine.

C'est un truc de magie pour reconnaitre ceci.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License